Bordeaux Attitude

Edition du 09/03/2021
 

Château Beauregard

Sommet

Château BEAUREGARD


En 2014, la famille Moulin, propriétaire des Galeries Lafayettes, a fait l’acquisition du Château Beauregard, avec leurs amis de longue date, Florence et Daniel Cathiard, du Château Smith-Haut-Lafitte. La famille Moulin incarne Beauregard, et veut faire revivre ce Château à Pomerol comme une maison de famille. “J’ai la chance que ces nouveaux propriétaires me fassent confiance, nous explique Vincent Priou, il est vrai que cela fait 28 ans que je travaille ici. Leur arrivée a favorisé la “renaissance” du Château Beauregard. Nous avons refait entièrement toutes les installations techniques et la chartreuse. Nous avons choisi des cuves béton en forme de goutte, équipées d’une thermorégulation dans l’épaisseur du béton, ce qui nous permet d’être plus précis pour les vinifications. Accueil de la vendange dans une nouvelle salle de réception, tri manuel et tri optique, puis le raisin est acheminé en cuvons qui sont montées par ascenseur pour atteindre le haut des cuves afin que le raisin y soit déversé, cela évite les pompes à vendanges. Grâce à ces cuves tronconiques, nous pratiquons des pigeages tout en douceur. L’élevage se fait en barriques de chêne dont environ 50% neuves. Nous avons deux chais à barriques climatisés. Tous ces équipements techniques ont pour but de magnifier le très beau terroir que nous avons ici, à Pomerol. Château Beauregard est déjà réputé pour sa grande finesse et son élégance, nous allons lui apporter un peu plus de densité en milieu de bouche grâce à plus de sélection et à l’apport de plus de Cabernet Franc et de Cabernet Sauvignon dans l’avenir. Le vignoble d’une moyenne d’âge de 30 ans est en cours de restructuration. Déjà, il y a une dizaine d’années, j’avais commencé la plantation à très haute densité et nous poursuivons dans cet esprit de 9200 pieds/ha, ce qui est assez exceptionnel sur la rive droite. Nous sommes certifiés Bio depuis 2012 en Lalande de Pomerol et 2014 à Pomerol, nous voyons l’incidence dans les vins avec plus de précision et de pureté notamment. Nous devons être capables de produire des vins agréables jeunes mais qui ont un bon potentiel de vieillissement et c’est grâce à notre chai parfaitement équipé que nous y parvenons, c’est plus facile de travailler dans des conditions d’excellence avec des baies parfaitement sélectionnées... l’extraction se fait tout en douceur, cela permet d’extraire les bons tanins. Le Benjamin de Beauregard, notre second vin, représente 45 à 50% de notre production totale.

   

Château Beauregard

Directeur : Vincent Priou

33500 Pomerol
Téléphone : 05 57 51 13 36

Email : beauregard@chateau-beauregard.com




> Le palmares des vins


> Nos coups de cœur de la semaine

Château de ROQUEBRUNE


Au sommet. Une propriété familiale depuis plus de 5 générations. L’encépagement se compose de 65% de Merlot, 15% de Cabernet-Sauvignon et de 20% de Cabernet franc, vendanges manuelles. Le travail régulier de la terre, dans le respect de l'environnement, est privilégié, excluant tout désherbant chimique et tout traitement chimique systémique. C'est l'observation permanente du vignoble qui détermine les interventions. La faune présente dans le vignoble atteste de l'équilibre naturel obtenu. Sur le terrain, donc, pas de désherbant chimique, l'herbe ne pousse pas parce que son vigneron travaille la terre. Il la retourne plusieurs fois par an, avec des charrues appropriées. Florent Guinjard est un enfant du vignoble bordelais. Un vrai ! Sa passion pour le vin, il a à cœur de la partager avec le plus grand nombre. Il aime par-dessus tout faire découvrir la diversité étonnante des vins qu'il produit sur son domaine. A la tête d'une propriété qui appartient à sa famille depuis 1880, il perpétue à la fois la tradition tout en faisant progresser, année après année, sa technique de vinification en s'entourant des conseils des meilleurs œnologues bordelais pour offrir un vin haut de gamme à un prix accessible. Sa volonté : produire des vins fruités, fins très peu boisés. Sa marque de fabrique : le fruit. “D'une étendue de 11,2 ha, précise Florent Guinjard, le vignoble est regroupé autour du chai. Il est situé sur le plateau sablo-limoneux et caillouteux se trouvant au nord-est de Libourne. Nous travaillons 10,5 ha, avons augmenté la capacité de notre cuverie pour pouvoir vinifier tous les raisins que nous produisons. En 2009, nous nous sommes équipés d'une thermo-régulation pour mieux maîtriser la température de nos fermentations. En 2010, pour améliorer notre qualité et être respectueux de notre récolte, nous avons acheté un nouveau pressoir. En 2012, dans une démarche écologique, nous nous équipions d'une aire de lavage, et de cuves de stockage des effluents. La même année nous remettions en état 1 ha de vignes, en l'arrachant et la replantant. Puis, en 2014, nous avons remis en état 1 ha de vignes, que nous replantons avec notre propre Merlot sélectionné.” Cette année Florent Guinjard propose “à la vente ses Lalande-de-Pomerol 2014, 2015 et 2016. Les vendanges 2019 se sont bien déroulées, malgré un épisode de sécheresse qui nous a fait perdre 7 hectolitres à l’hectare, bien sûr à cause des séquences de beau temps, la gestion des mauvaises herbes a été compliquée car elles se sont développées, mais en contre partie, nous avons utilisé moins de traitements que d’habitude. Le millésime 2019 a une intensité aromatique exceptionnelle et des degrés élevés. Ce sera un grand vin de garde supérieur au 2018.” Franchement, son Lalande-de-Pomerol cuvée Reine 2016 est vraiment superbe, dense et bien charnu, qui associe couleur et structure, avec ces notes caractéristiques de cerise et d’humus, charpenté, aux tanins mûrs, de bouche puissante et savoureuse, et d'excellente garde. Il en est de même pour son 2015, au nez de cerise mûre, avec des senteurs de groseille et de cuir, est un vin généreux et harmonieux, de robe carmin intense, et développe une bouche persistante avec ces notes d’épices et de myrtille, aux nuances de fumé. Le 2014, a des arômes de fruits macérés et d’épices, une belle teinte grenat, un vin dense au nez comme en bouche, alliant finesse et charpente, aux tanins à la fois riches et soyeux, d’excellente évolution.  Beau 2012, de belle robe rubis soutenu, un vin très harmonieux, au nez de framboise et de violette et une pointe d’épices, charnu en bouche. Le 2011, ample et riche au nez comme en bouche, est d’un bel équilibre, gras, aux tanins fondus, où se marient la griotte et l’humus, un très joli vin.

Florent Guinjard
6, route des Galvesses
33500 Lalande-de-Pomerol
Téléphone :06 62 15 08 92
Email : chateauderoquebrune@lalande-pomerol.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateauderoquebrune
Site personnel : www.chateauderoquebrune.com

Château des MOINES


Une exploitation familiale depuis plusieurs générations de 20 ha. Travail traditionnel (labour, enherbement), techniques modernes viticoles (pressoir pneumatique, thermorégulation, table de tri, vibreur...), des cépages variés (72% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc et 3% Malbec). Le vignoble est cultivé de façon traditionnelle avec labourage du sol, chaussage et déchaussage en hiver et printemps, enherbement maîtrisé. L’effeuillage est mécanique ou manuel, suivant les parcelles. La gestion parcellaire permet de donner des vins de qualité et de tradition. Les raisins sont récoltés à maturité maximale; les vendanges sont mécaniques, à la main sur certaines parcelles, avec un tri soigneux des raisins. “Nous présentons à la vente nos Lalande-de-Pomerol Tradition 2014, 2017, 2018 et en cuvée Prestige le 2018, nous précise Patrick Merle. Les vendanges 2019 ont connu des conditions climatiques idéales, il nous manque un peu de volume mais la qualité est superbe, ce vin est structuré, fruité, élégant, il se rapprocherait, pour moi, du 2010.” Pourvu d’une nouvelle et très élégante étiquette, ce très beau Lalande-de-Pomerol Prestige 2016, riche en couleur comme en matière, au nez complexe de fruits rouges à noyau et d’épices, très élégant, aux tanins bien présents auxquels il faut donner le temps de se fondre. Magnifique Lalande-de-Pomerol Tradition 2017, au nez intense de petites baies rouges et de framboise, il est de bouche gourmande et corsée, parfumée (framboise truffe), un vin tout en ampleur. Le 2016, d’une grande finesse, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, aux tanins denses et puissants, gras en bouche, d’une très jolie finale.  Il y a également une nouvelle cuvée 100% Malbec, où ce cépage apporte cette couleur profonde, avec des nuances de violette et de réglisse, riche en matière, bien classique, structuré́, avec ces notes très caractéristiques au palais de prune et de fumé, un vin riche, tout en bouche.

Jean Darnajou et Patrick Merle
Lieu-dit Musset
33500 Lalande-de-Pomerol
Téléphone :05 57 51 40 41
Email : contact@chateaudesmoines.com
Site personnel : www.chateaudesmoines.com

Château BELLEVUE-FAVEREAU


Depuis plus de 4 générations, la famille Galineau s’est forgé une expérience profonde de la vigne et de ses terroirs. La famille est vigneronne depuis l’arrière grand-père René Galineau, né en 1886. En 1968, Michel et Marie Claude exploitent ce vignoble. La famille Galineau s’investit quotidiennement au profit du vignoble et de ses terroirs tout en développant les derniers moyens techniques de production pour réaliser des vins de grande qualité. Depuis 2003, Dominique Galineau a succédé à ses parents. Isabelle Galineau nous indique que “cette année ses ventes s’axent sur le Bellevue Favereau 2018 et sa nouvelle cuvée Sans Soufre 2018, 100% Merlot et les deux cuvées Perles Noires de Galineau 2018 , l’une 100% Petit Verdot, la seconde 100% Malbec. Concernant les vendanges 2019, il a fallu être patient et ensuite se dépêcher de récolter les raisins. Bien que nous ayons eu peu d’eau, le 2019 est un bon millésime, moins fin que le 2018, avec des tanins plus rustiques et en quantité réduite car l’eau est arrivée trop tard pour la maturité des raisins.” Il continue à faire de jolis vins et notamment ce Bordeaux Supérieur 2018, superbe, tout en bouche, avec des notes caractéristiques de fruits noirs et d’épices, il très bien élevé, de garde.Très beau 2016, de robe grenat intense, aux notes de cassis bien mûr, est corsé, c’est un vin typé, avec ses notes persistantes de fumé et de cerise noire, d’une belle finale. Toujours joli Bordeaux blanc 2019, c’est un vin qui allie puissance et souplesse, riche, très structuré, complet et très parfumé, très facile à boire.

Vignobles Michel Galineau et Fils
Moulin de Favereau
33790 Pellegrue
Téléphone :06 87 71 47 74
Email : vignobles.galineau@wanadoo.fr
Site personnel : www.vignobles-galineau.com

CHATEAU DU MASSON


Les vignobles Gassies-Gautey sont l'œuvre familiale de plusieurs générations de viticulteurs, producteurs d'un merveilleux Bordeaux et pionniers parmi tant d'autres de ce terroir de l'Entre-Deux-Mers dont la réputation mondiale est unanimement reconnue. Situé à 8 kilomètres de Saint-Emilion, le vignoble s’étale sur la rive gauche de la Dordogne, réparti en zone de coteaux argilo-calcaires, de plateaux de même nature et contigus au fleuve, d’une plaine au sol siliceux avec en fond, les filons de graves de la Dordogne qui se prolongent dans le sous-sol. Grâce à ces différents terroirs, pourvus d’une pléiade de sels minéraux, générateurs d’arômes délicats, le Château du Masson, nectar de finesse légendaire, est un Bordeaux vinifié à l’ancienne qui nécessite beaucoup de surveillance pour effectuer la première mise en bouteille. Remarquable Bordeaux rouge cuvée Passion 2014, 80% Merlot, 10% Cabernet franc, 5% Cabernet-Sauvignon, 5% Malbec, parfumé, charpenté comme il se doit mais tout en souplesse, au nez subtil et intense, avec des notes de cerise mûre, de bouche fondue et puissante à la fois. Excellent Bordeaux rouge Château du Masson 2015, riche en couleur, corsé, charpenté, un vin qui sent bon la prune, le poivre et les sous-bois, de bouche puissante, ample et structurée, d’une belle finale, d’excellente garde. Quant au Bordeaux rosé Fleur du Mayne 2017, il a une très jolie robe, un vin tout en subtilité, de bouche fine, aux arômes de fruits rouges frais et de rose, d’une jolie finale parfumée, parfait sur une quiche ou des gambas. On retrouvera également à la vente au domaine en 2019, le joli Bordeaux Supérieur Opale 2014, tout en bouche, tout en séduction, et ce Bordeaux Supérieur L’Or Rouge 2012, qui provient d’un assemblage de Merlot 50%, Cabernet Franc 35% et Malbec 15%. Il possède une belle robe rubis, un nez de fruits frais et épicé, avec une attaque souple en bouche, de beaux fruits rouges et de bons tanins salivants. N’hésitez pas à venir visiter notre site pour plus d’informations.


1, le Masson
33420 Moulon
Téléphone :05 57 84 52 44
Email : vignobles.gassies.gautey1@orange.fr
Site : chateaudumasson
Site personnel : www.chateau-du-masson.fr


> Nos dégustations de la semaine

Château HAUT-MARBUZET


Au sommet, incontestablement, et cela vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-plaisir. En effet, ce cru, marqué par la ?patte? et la passion d?Henri Duboscq, renvoie à un jardin d?enfants un bon nombre de crus surbarriqués et beaucoup plus chers. Il faut dire qu?Henri, secondé par ses fils Bruno et Hugues, est particulièrement chaleureux et sait de quoi il parle quand on aborde le sujet de l?élevage en barriques ou du terroir. 
Un vignoble de 66 ha, complanté à 50% de Cabernet-Sauvignon, 40% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot. L?âge moyen des vignes est de 30 ans. Les vendanges sont manuelles avec recherche de surmaturité. Les vins sont élevés en barriques neuves pour chaque millésime, mais avec une maîtrise exceptionnelle pour choisir l?origine du bois et ne pas ?abrutir? le vin, avec les essences à grain fin adaptées à son cru. Il faut dire qu?une expérience de quelque cinquante années, cela aide...




Henri Duboscq nous explique ?qu?en 2019 tout s?est bien passé. Depuis 4 ou 5 ans, je ne sais pas si c?est dû au réchauffement climatique mais nous faisons des millésimes extraordinaires ! Juillet et Août ont été superbes, les vendanges se sont déroulées sous un été indien, les fermentations malolactiques se terminent en barriques neuves. Le 2019 se profile déjà, on remarque déjà la belle structure et les tanins bien fondus.
Le 2017 présente une entrée en bouche suave avec un prolongement sur une fine sucrosité gourmande, la finale est très persistante, beaucoup de noblesse et de distinction dans ce 2017. L?élevage a été déterminant pour ne pas nuire à tant de raffinement, j?ai utilisé 80% de barriques neuves au lieu de 100%. J?ai préféré des barriques de chêne à petite chauffe, à grains fins, pour ne pas masquer la délicatesse du vin.
Le 2018 est très enthousiasmant, un nez explosif de fruits rouges affriolants, en entrée de bouche des saveurs gourmandes et onctueuses avec tout de même une structure présente, belle finale persistante un rien rigoureuse. L?élevage s?est fait en barriques de chêne à chauffe un peu plus accentuée. Après le 2016, on peut croire avec ce 2018, en la répétition de l?exceptionnel.
Mes deux fils s?investissent de plus en plus dans l?élevage des vins.?
Formidable verticale sur place, des derniers millésimes à l?extravagant 1970.
On ne présente plus cette référence du bordelais, un incontournable, le Saint-Estèphe 2018, archétype de ce que doit être un grand vin typé de Bordeaux, concentré, de robe foncée, avec beaucoup de structure, au nez complexe où prédominent le cassis, la groseille et le cuir, charpenté et gras, de bouche puissante dominée par les fruits cuits à noyau et les sous-bois, de grande garde. Toujours remarquable 2017, charmeur et racé, très séduisant, mêle concentration aromatique et souplesse, un vin aux senteurs de griotte mûre, coloré, de bouche soyeuse et persistante avec ces nuances de fumé́ caractéristiques, toujours très fin.
Vous allez exciter vos papilles, avec ce 2016, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Le 2015, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, est un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, de garde, naturellement. Le 2014 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, aux tanins très équilibrés. Le 2013, bien corsé et savoureux, aux tanins riches, souples, est bien équilibrés, au nez intense (mûre, groseille, épices...), en bouche très parfumée, avec des notes de cerise mûre et de truffe, fondue et intense. Superbe 2012, ?chatoyant?, dit Henri Duboscq, d?une puissance en bouche, un grand vin, charmeur, très parfumé (griotte, humus...), mêlant exubérance au palais et finesse tannique avec une très jolie finale grillée, le style parfait de Haut-Marbuzet dans sa jeunesse. 
Le 2011 est plus ?Saint-Estèphe?, avec une belle structure, dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l?humus, d?excellente bouche. Très grand 2010, qui dégage un très beau nez intense, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu, de grande garde.
Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l?amplitude, un très grand vin où s?entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l?humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, aux connotations de fruits, de cannelle et d?humus en bouche, c?est un vin parfait, notamment, avec un rôti de veau en croûte ou des magrets de canard aux champignons. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, d?une complexité certaine, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassis et de sous-bois, puissant. Le 2004 est exceptionnel, très parfumé, complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d?épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d?humus, aux tanins savoureux, coloré et dense.
Somptueux 2001, à la fois très souple et dense, d?une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruits cuits côtoient le poivre rose et le musc, d?une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé. On s?oriente ensuite vers ce qui fait la force d?un grand vin, sa capacité d?évolution, en faisant un ?saut? vers ce 1990, d?une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement ?rancio? qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus ?chaud?, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l?on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée.
Le 1986 est superbe, robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l?humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un très grand vin parfait avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. Le 1978 est très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d?une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, il emplit le palais. Voir également le Médoc Château Layauga-Duboscq.

Henri, Hugues et Bruno Duboscq
1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Tél. : 05 56 59 30 54
Email : infos@haut-marbuzet.net
 


Domaine de CHEVALIER


À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge, ce qui n?est pas si courant, d?autant plus qu?il est indéniable que les prix sont largement justifiés pour un tel niveau de qualité.
?Durant un été très chaud, nous raconte Olivier Bernard, on peut dire que 2019 a été sauvé par la pluie ce qui est assez paradoxal. Je m?explique : la pluie de fin Juillet, car il faisait très sec et chaud et la vigne souffrait, a relancé la végétation, lui a redonné de la vigueur et, ensuite, la pluie de fin Septembre a redonné de la fraicheur au fruit, de l?acidité, sans ces pluies, nous aurions obtenu un vin un peu trop chaud, un peu trop cuit, trop sucré?
Pour moi, le 2019 est un quatrième grand millésime après 2015, 2016 et 2018.
Le réchauffement climatique favorise les Vins de Bordeaux, les Cabernets-Sauvignons en profitent largement, et c?est grâce à ces Cabernets-Sauvignons très mûrs que le millésime 2019 est très grand.
Nous avons terminé de vendanger les Merlots le 14 octobre. Alors que Juillet a été chaud et sec, Août n?a pas été un mois trop chaud, ce qui a permis de préserver les acidités. Nous avons récolté les blancs dans de très bonnes conditions début Septembre.
Nous avons fait une belle récolte en quantité et en qualité donc c?est une bonne nouvelle pour Bordeaux qui en a bien besoin dans ce contexte économique un peu compliqué?
Ce 2019 est intéressant, nos dégustations en Primeurs au mois d?avril attirent beaucoup de monde. Pour aller vendre ce 4e grand millésime en 5 ans, il va falloir le proposer au prix auquel le marché est prêt à l?acheter. Les Français seront les premiers servis. Le 2019 devrait être l?objet de belles opportunités d?achat c?est un très grand millésime que ce soit en rouge ou en blanc.
A la dégustation, on remarque des degrés relativement élevés mais pas tant que cela, entre 13 et 14°, c?est bien. Les belles acidités ont été maintenues grâce aux nuits assez fraiches en Août, c?est déterminant, nous retrouvons ces bonnes acidités en rouge comme en blanc. Beaucoup de puissance et de générosité dans ce 2019, nous avions de très beaux PH, donc beau potentiel de garde, une belle fraicheur qui caractérise ce grand millésime de blanc, il est supérieur peut-être au 2018 qui est déjà pourtant une réussite.
Rouge 2019 est donc un grand millésime, les indices de tanins étaient magnifiques, bonnes acidités avec une fraicheur conservée, très beaux équilibres.
Si on le compare au 2018, je trouve le 2018 plus féminin, il me fait penser au 2015, alors que le 2019 est plus masculin, il ressemble plutôt au 2016.
Le 2018 est un vin très soyeux que j?adore, pour moi, c?est le plus grand millésime de rouge que j?ai fait à Chevalier.
Nous avons une belle récolte en général sur toutes nos autres propriétés en Pessac-Léognan.
Belle en quantité et en qualité. C?est sans doute ce volume qui nous a permis de conserver de la fraicheur dans un millésime relativement chaud.
A Sauternes, nous avons fait des blancs 2019 magnifiques.
Clos des Lunes d?Argent et d?Or sont délicieux.
Au Château Suau notre 2e Cru Classé de Barsac, la qualité des raisins récoltés était magnifique, par contre peu de quantité.
L?ensemble de nos 60 ha à Sauternes est réparti sur 5 communes. Château Suau est en conversion Bio et cultivé en Biodynamie. De toute manière, pour obtenir un joli botrytis on doit cultiver en Bio.
Que ce soit à Sauternes ou au Domaine de Chevalier, nous n?utilisons aucun produit de synthèse, aucun perturbateur endocrinien. C?est un engagement vis-à-vis de nos clients. Ce qui m?intéresse aujourd?hui ce sont nos Vins car ils sont nos ambassadeurs dans le monde entier. Nos salariés ne doivent avoir aucun contact avec des produits de synthèse tout comme nos voisins, c?est clair dans nos Vins il n?y a zéro trace !
Depuis 2016, c?est en effet zéro produit de synthèse sur l?ensemble de nos vignobles. Cela a été une révolution dans notre façon de travailler, par exemple l?année dernière j?ai acheté trois tracteurs. Aujourd?hui, il faut être réactif, j?ai la chance d?avoir un personnel très motivé, s?il faut venir travailler un dimanche matin ou un jour de vacances, ils répondent présents. Notre démarche est axée sur plus de terroir, plus de nature. Nous n?avons jamais désherbé, le travail de l?homme est au service du terroir. Et c?est grâce à cela que nos grands Vins vont devenir encore plus grands. On remarque déjà une nette évolution depuis ces dernières années.
Je dis souvent ?les bons Vins donnent du plaisir, les grands Vins donnent de l?émotion?. Les grands Vins se révèlent toujours grâce à leur terroir.
Nous venons de reprendre une petite propriété que la ville de Gradignan nous a confiée en gestion pour une durée de 25 ans, ainsi, au total cette année nous devrions passer à 210 ha en exploitation.
Je reste persuadé que quand on produit du grand vin, il faut que le consommateur l?achète avec plaisir, c?est pourquoi je suis attaché au bon rapport qualité-prix de mes Vins.?
Vous allez exciter vos papilles avec ce formidable Pessac-Léognan rouge 2016, particulièrement prometteur, de couleur intense, ample et parfumé, aux connotations de fruits rouges macérés avec cette note de fumé délicate au palais, persistant en bouche, un vin gras, bien corsé, aux tanins puissants et mûrs. Dans la lignée, le 2015, puissant, savoureux, est riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois, corsé, tout en bouche, très chaleureux, aux nuances de fraise, de truffe et d?humus, de garde, évidemment. 
Le 2014, est coloré, au nez subtil, avec ces notes persistantes de fumé, de cerise mûre et de truffe, développe des tanins amples et mûrs, et une bouche étoffée, un vin tout en charme. Le 2013, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, est un très joli vin, riche et parfumé en bouche, avec ces nuances subtiles de pruneau confit, qui mêle structure et velouté au palais. Le 2012, est puissant, savoureux, riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois, corsé, tout en bouche, très chaleureux, aux nuances de fraise, de truffe et d?humus, et commence à se goûter parfaitement, notamment, sur des cotelettes d'agneau aux aubergines frites ou des cèpes à la béarnaise
Remarquable 2011, distingué, charmeur, racé, aux tanins amples, aux connotations de cassis, de mûre et de poivre, tout en élégance. Splendide 2010, à la fois intense, puissant et très velouté, ample et riche au nez comme en bouche, aux arômes envoûtants de mûre fraîche et de champignons, de lente évolution. ?Le 2010 est supérieur à 2009, il présente plus de puissance et une garantie de longévité. Le vin développe des notes d?agrumes de pamplemousse, de citron vert, beaucoup de fraîcheur et d?élégance, un vin plus en tension, très typé.?
Formidable Pessac-Léognan blanc 2016, gras et délicat au nez comme en bouche, avec des nuances de fruits blancs mûrs, de grillé et d?amande, tout en élégance, intense. Le 2015, un vin puissant, avec des arômes de grillé et d?abricot, de bouche riche mais fraîche, très bien équilibré en acidité. Le 2014, au nez de narcisse, de grillé et de coing, avec une bouche très parfumée aux nuances florales et fumées, un vin riche et vivace, d?une belle finale, tout en fraîcheur. Le 2013, a une belle robe, alliant subtilité et complexité, intense au nez, tout en arômes où dominent les fleurs et les fruits mûrs, de bouche élégante. 
Le 2012, est remarquable, très droit, typé et aromatique, avec des arômes d?agrumes et de narcisse, de bouche harmonieuse, un grand vin qui mêle ampleur et vivacité. Superbe 2011, d?une grande fraîcheur, avec cette touche d'acidité alliée à une rondeur agréable, où s'entremêlent des notes d'amande et de poire, un vin tout en harmonie.

Olivier Bernard
102, chemin Mignoy
33850 Léognan
Tél. : 05 56 64 16 16
Email : olivierbernard@domainedechevalier.com
www.domainedechevalier.com
 


Château LA ROSE BRANA


La famille Ollier labourait ses vignes quand lui vint le nom de sa modeste propriété. Elle se trouvait alors sur la parcelle nommée Brana (étymologiquement : petite clairière / endroit où il fait bon vivre) qui était bordée de rosiers rouges en fleurs. Depuis, la petite propriété s?est agrandie et s?étend à présent sur 32 ha dont 25 d?un seul tenant. Cinq générations se sont succédées et ce sont aujourd?hui Christian Ollier et sa fille Coralie qui dirigent La Rose Brana.
Dans le guide avec ce Saint-Estèphe 2017, un grand vin, gras, parfumé, bien typé, corsé, au nez intense, de bouche concentrée avec des nuances de truffes et de réglisse, puissant et racé à la fois, qui mérite une cuisine élaborée. Le 2016, d?une grande fraîcheur que lui apporte le terroir justement, un millésime d?un grand classicisme, est intense, très parfumé, de jolie robe pourpre, un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et réglissées, ample en bouche avec des tanins veloutés, d?une finale persistante.

Coralie et Christian Ollier
Leyssac
33180 Saint-Estèphe
Tél. : 05 56 59 32 70
Fax : 05 56 59 39 97
Email : contact@rosebrana.com
www.rosebrana.com
 



> Les précédentes éditions

Edition du 02/03/2021
Edition du 23/02/2021
Edition du 16/02/2021
Edition du 09/02/2021
Edition du 02/02/2021
Edition du 26/01/2021
Edition du 19/01/2021
Edition du 12/01/2021
Edition du 05/01/2021
Edition du 29/12/2020
Edition du 22/12/2020
Edition du 15/12/2020
Edition du 08/12/2020
Edition du 01/12/2020
Edition du 24/11/2020
Edition du 17/11/2020
Edition du 10/11/2020
Edition du 03/11/2020
Edition du 27/10/2020
Edition du 20/10/2020
Edition du 13/10/2020
Edition du 06/10/2020
Edition du 29/09/2020
Edition du 22/09/2020
Edition du 15/09/2020
Edition du 08/09/2020
Edition du 01/09/2020
Edition du 25/08/2020
Edition du 18/08/2020
Edition du 11/08/2020
Edition du 04/08/2020
Edition du 28/07/2020
Edition du 21/07/2020
Edition du 14/07/2020
Edition du 07/07/2020
Edition du 30/06/2020
Edition du 23/06/2020
Edition du 16/06/2020
Edition du 09/06/2020
Edition du 02/06/2020
Edition du 26/05/2020
Edition du 19/05/2020
Edition du 12/05/2020
Edition du 05/05/2020
Edition du 28/04/2020
Edition du 21/04/2020
Edition du 14/04/2020
Edition du 07/04/2020
Edition du 31/03/2020
Edition du 24/03/2020
Edition du 17/03/2020
Edition du 10/03/2020
Edition du 03/03/2020
Edition du 25/02/2020
Edition du 18/02/2020
Edition du 11/02/2020
Edition du 04/02/2020
Edition du 28/01/2020
Edition du 21/01/2020
Edition du 14/01/2020
Edition du 07/01/2020
Edition du 31/12/2019
Edition du 24/12/2019
Edition du 17/12/2019
Edition du 10/12/2019
Edition du 03/12/2019
Edition du 26/11/2019
Edition du 19/11/2019
Edition du 12/11/2019
Edition du 05/11/2019
Edition du 29/10/2019
Edition du 22/10/2019
Edition du 15/10/2019
Edition du 08/10/2019
Edition du 01/10/2019
Edition du 24/09/2019
Edition du 17/09/2019
Edition du 10/09/2019
Edition du 03/09/2019
Edition du 27/08/2019

 



Château des MOINES


Château BOUSCAUT


Château FRANC LARTIGUE


Château BEAUREGARD


Château HAUT-SAINT-CLAIR


Château JOUVENTE


Château BEYNAT


Château La FLEUR GRANDS-LANDES


Clos TRIMOULET


Domaine de CARTUJAC


Château La GALIANE


Château du MOULIN VIEUX


Domaine de VIAUD


Château LASCOMBES


Château PONTAC-MONPLAISIR


Château BELLEGRAVE


Château HAUT-MACÔ


Château BÉCHEREAU


Château HENNEBELLE


Château BELLEVUE-FAVEREAU


Château du GRAND BOS


Château LAFON


Château CERTAN de MAY de CERTAN


Château FONROQUE


Château PLINCE


Château HAUT-CALENS


Château CROQUE MICHOTTE


Château LESTAGE-DARQUIER


Château de VIMONT


Vignobles Jean GALAND et ses Enfants


Château La GRACE FONRAZADE


Château de PANIGON


Château MAYNE LALANDE


Château BERTHENON



CHATEAU LA GALIANE


CHATEAU PONT LES MOINES


DOMAINE DE MONTS LUISANTS


CHAMPAGNE MAURICE VESSELLE


DOMAINE DE LA CASA BLANCA


DOMAINE MOULIN DU POURPRÉ


CHATEAU MACQUIN


DOMAINE DE LA GUILLOTERIE


DOMAINE PICHARD


SCEA CHATEAU DAVID


SCE DU CLOS BELLEFOND



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales